Canadian Jewish Political Affairs Committee
Gaza : Harper doit faire sienne la résolution de l’ONU et adopter une approche plus équilibrée

Ottawa, vendredi 9 janvier 2009 – Le porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Affaires étrangères et député de Montmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, Paul Crête, demande au premier ministre du Canada, Stephen Harper, d’adopter une approche plus équilibrée en rapport au conflit dans la bande de Gaza, approche qui respecte toutes les dispositions de la résolution adoptée par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

« Le décret d’un cessez-le-feu est urgent pour mettre fin aux souffrances des populations civiles et il doit constituer une priorité absolue. Le conflit a déjà fait plus de 750 morts et 3000 blessés et le bilan s’alourdit d’heure en heure. C’est un drame épouvantable. Le gouvernement canadien doit absolument se joindre aux pays qui travaillent afin d’identifier les conditions permettant un cessez-le-feu immédiat et durable menant au retrait complet des troupes israéliennes de la bande de Gaza », a lancé Paul Crête.

« Stephen Harper doit prendre position afin que cessent toutes les violences à l’endroit des populations civiles. Il est clair que les tirs de roquettes sur le territoire israélien doivent cesser, mais il faut dénoncer du même souffle la réplique de l’armée israélienne, qui est disproportionnée et inacceptable. Le gouvernement canadien doit également travailler pour faire en sorte que l’aide humanitaire soit dispensée sur l’ensemble du territoire de la bande de Gaza, et ce, sans restriction », a poursuivi le député de Montmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup.

Le porte-parole du Bloc Québécois a enfin rappelé que le Bloc Québécois milite depuis longtemps pour favoriser la mise en place des conditions qui permettront une paix durable entre les peuples palestinien et israélien. « Dans l’immédiat, il est nécessaire d’envoyer au plus tôt une force d’interposition qui veillera à la protection des populations civiles et à l’acheminement de l’aide humanitaire. Le Canada doit incidemment apporter une contribution supplémentaire en termes d’aide humanitaire afin de pallier l’ampleur de la situation. À plus long terme, un règlement pacifique passe toutefois par la fin de l’occupation militaire et la fin des colonies en territoire occupé, un règlement satisfaisant pour toutes les parties concernant autant l’annexion de Jérusalem-Est que la question des réfugiés, ainsi qu’un règlement global qui reconnaît à Israël le droit d’exister à l’intérieur de frontières sûres et reconnues tout en assurant la création d’un État palestinien indépendant et viable », a conclu Paul Crête.